A deux pas...
espaceur
nature Arts Belles pierres
nature Ruisseaux Belles pierres
Balade pieton
3 h 40 min / 14 kms
   
Ruisseaux Arts nature
Château des Tourelles Château des Tourelles
Admirez ce ravissant petit manoir ! Le château des Tourelles est en effet
un témoignage de l’architecture de la fin du XIXème. Il fut la résidence
principale de la famille Foureau au début du XXème siècle puis de celle de
la famille Blancan durant près de 80 ans. La ville en fera l’acquisition en
1990 l’intégrant ainsi dans le patrimoine communal. Depuis rénovations,
aménagements, réfections du bâtiment, du parc et de ses dépendances
en ont fait un magnifique lieu consacré à la culture et à la détente. En
2009, la majestueuse statue du Maréchal Mortier, Duc de Trévise, est
venue rejoindre ce petit vestige des terres de La Lande.
Icône
« Les petites tourelles à chaque angle du
château, s'appellent des poivrières. Atchoum ! »
espaceur
Grille du château de la Lande Grille du château de la Lande
Vous voici devant la majestueuse grille du Château de La Lande, le
seul vestige du château. Les initiales ouvragées qui figurent sur le haut
de la grille sont celles d'Adelinda Concha, châtelaine en cette fin du XIXème
siècle. Ses descendants seront les derniers propriétaires des lieux avant
que le château ne soit rasé en 1943. Le Plessis-Trévise garde dans son
nom le souvenir du plus illustre occupant du domaine sur lequel se
formera la commune : le Maréchal d'Empire Mortier, Duc de Trévise.
Icône
« Anachronique, fantomatique, n’est-ce
pas cette grille qui s’ouvre sur nulle part ?
Attention aux « choux »
qui s’y frotte s’y pique ! »
espaceur
Jardin Émile Loubet Jardin Émile Loubet
Déambulez dans ce jardin communal dédié à Emile Loubet, il fut le
huitième président de la République française de février 1899 à février
1906, sous la IIIème République. C’est à ce titre qu’il signa le 7 juillet
1899, le décret-loi instituant officiellement le hameau du Plessis-Trévise
en commune à part entière. La ville a souhaité lui rendre hommage lors
du centenaire de cet évènement en lui dédiant ce jardin.
Icône
« Sais-tu que l’on produisait du vin des
vignes du Plessis?.»
espaceur
Mairie du Plessis-Trévise Mairie du Plessis-Trévise
Initialement cette bâtisse était une villa bourgeoise de style Napoléon
III. Construite en 1866, elle a certainement fait partie des toutes
premières constructions du hameau. Au début du XXème siècle, des
aménagements dans les dépendances lui firent prendre le nom de
« Ferme de la grande grille ». En 1923, la commune achète la propriété
et la transforme en mairie. En 1982, elle est agrandie par l’adjonction
de deux ailes latérales. Coïncidence ou non, l'aspect actuel de la mairie
n'est pas sans analogie avec celui de feu le château de La Lande.
Icône
« Un village ne se construit-il pas
autour d’un château ?
On a tout lieu de penser que si le château
de La Lande n’avait pas disparu, il pourrait être aujourd’hui patrimoine communal.»
espaceur
Espace Georges Roussillon Espace Georges Roussillon
Prenons le chemin des écoliers…Ce bâtiment est un lieu hautement
symbolique. Sa construction, à la fin du XIXème siècle, associée à celle
de la chapelle qui la côtoie, a permis aux habitants du hameau, d’obtenir
le statut de Commune à part entière. Dès 1900, la jeune municipalité s’y
installe. Puis, en 1902 un bureau des postes, télégraphes et téléphone y
est construit donnant au bâtiment son aspect actuel. Quelques vingt
années plus tard, ce bâtiment est entièrement dévoué à l’enseignement.
C’est dans cette école qui deviendra celle « du Centre » que Georges
Roussillon, avant d’être Maire en 1971, exerça avec dévouement toute
sa carrière d’instituteur de 1943 à 1977.
Icône
« Au XIXème siècle, garçons et filles
n’étudient pas dans la même école.
C’est seulement vers 1960 que l’enseignement devient mixte, comme
aujourd’hui. Incroyable, n’est-ce-pas ? »
espaceur
Conservatoire César Franck L’école de musique César Franck
Approchez vous de cette belle villa à l’architecture typique du
début du XXème siècle. Située dans le parc Mansart, elle fut et
demeure un vivier artistique. Initialement elle fût la propriété du
Maire Joseph Belin et du célèbre ténor international Florencio
Constantino. Acquise en 1929 par Paul Vincent, directeur des
usines Peugeot, grand collectionneur et amateur d’art éclairé, il
fera de cette demeure un véritable musée. Rachetée et restaurée
par la ville, elle accueille en 1985 l’école de musique César Franck,
du nom du compositeur organiste français du XIXème siècle.
Icône
« Admirez les canards dans le parc sans
en entendre dans l’Ecole.
Ici aucune fausse note n’est autorisée.»
espaceur
Parc Arboretum Buffon Parc Arboretum Buffon
Georges-Louis Leclerc, Comte de Buffon (1707 – 1788) est à son
époque un authentique savant : naturaliste, mathématicien, biologiste,
cosmologiste et écrivain, il contribue à la vaste entreprise de
rédaction de l’Encyclopédie. C’est principalement au botaniste
que la ville du Plessis-Trévise a voulu rendre hommage en baptisant
son parc-arboretum « Buffon ». Le naturaliste ne renierait pas
les lieux : la mare de ce parc était autrefois appelée « mare aux
grenouilles ». Dans les années 1930, une partie de ce terrain
était dévolue aux courses de lévriers. Gageons que le
cynodrome devait attirer nombre de parieurs et de curieux.
Icône
« Un arboretum est un grand jardin où l’on
collectionne les arbres. Et un cynodrome ? Une piste consacrée à
la course de chiens-lévriers.»
espaceur
Villa «sans gêne» Villa dite « Sans Gêne »
Construite fin XIXème siècle, cette villa était connue pour sa magnificence.
Des frises élégamment décorées, des bow-windows de bois blanc
rappellent encore le faste d’antan. Elle doit son nom au fait qu’elle était
limitrophe du domaine de la maréchale Lefebvre dite « Madame
Sans-Gêne ». Les vissicitudes du temps ont fait leur oeuvre, après la
seconde guerre mondiale, le vaste parc qui entoure la propriété est à
l’abandon. C’est en 1953 que l’abbé Pierre eut l’opportunité d’acquérir
cette propriété qui deviendra la première Communauté Emmaüs de
femmes en France. L’appel de l’hiver 1954, lui permettra d’y mettre en
oeuvre la « Cité de la Joie » également première cité d’urgence de la
Communauté des compagnons d’Emmaüs.
Icône
« L’association Emmaüs est aujourd’hui
encore très active. Elle collecte de vieux objets et notamment des jouets qu’elle revend à tout petits prix.
Donner c’est beaucoup mieux que jeter ! »
espaceur
Puits Puits Icône
« Le plus ancien puits au monde construit
par l'homme a été découvert dans l'île de Chypre en mer Méditerranée dans l'ancienne ville de Kissonerga. il a plus de 12 000 ans ! »
espaceur
Vestiges de la Tour médiévale Vestiges de la Tour médiévale
Il faut lever la tête bien haut pour imaginer la puissante tour fortifiée
de La-Queue-en-Brie. Edifiée au Moyen-Age, elle mesurait près de 33
mètres de haut contre les 6 mètres actuels de la base restante. Au fil
de l’histoire, elle tient une place importante dans le système de
défense de Paris et subit de nombreux assauts :
Guerre de Cent Ans (XVème siècle), guerre de religions (XVIème siècle), Fronde (XVIIème siècle)…
Icône
« Au fil du temps et des combats,
la tour s’est dégradée.
Elle s’écroule finalement en 1866.»
espaceur
Église St Nicolas Église Saint Nicolas
Soyons francs : reconnaissons qu'on ne sait pas grand chose de
Saint Nicolas, sinon qu'il fut évêque de Myre dans l'actuelle Turquie
au IVème siècle. Depuis le XIème siècle, date de la première
construction, cette église romane qui lui est consacrée garde un
aspect massif de monument fortifié moyenâgeux avec son typique
clocher octogonal. Elle abrite une statue de Saint Nicolas du
XIVème siècle classée par les Monuments Historiques.
Icône
« Saint-Nicolas est le
"Père Noël" des enfants
de l'est et du nord de la France.
Il est fêté le 6 décembre et
distribue lui aussi des cadeaux ! »
espaceur
Puits Puits
Les puits comme celui-ci étaient nombreux autrefois. Leur
construction en maçonnerie grossière à l'origine, se parait souvent
d'ornements au fil des ans… Grille ouvragée ou margelle moulurée
comme ici, datant sans doute du XVème siècle. On peut encore
découvrir une quinzaine de puits sur le territoire de la commune.
   
espaceur
Fontaine - Lavoir Fontaine - Lavoir
La source issue des profondeurs de la terre, déversait une eau plus
douce et moins froide que celle du Morbras, ce qui explique sa
dénomination parfois donnée de lavoir d'hiver. La curieuse maçonnerie
de cette fontaine, qui donne sur un bassin utilisé autrefois comme lavoir,
est le fruit des travaux de réhabilitation de cette source immémoriale
menés en 1873 par un dénommé Hérault.
Icône
« Ce lieu-dit s'appelle "la pierre lais".
Ce nom pourrait provenir de l'existence
autrefois d'une "pierre levée",
c'est à dire un menhir, encore nommé mégalithe.
Cela ne te rappelle-t'il pas les fameux menhirs d'Obélix ? Hélas, beaucoup de ces grandes pierres sont aujourd'hui disparues.»
espaceur
Lavoir d’été Lavoir d’été
Approchons nous des bords du Morbras…Vous découvrez un lavoir du
XIXème siècle. En raison des variations du cours de la rivière mais aussi
de la fraîche température et de la dureté de son eau, le lavoir était
surtout utilisé pendant la belle saison, d’où son surnom de « lavoir
d’été ». En hiver, les lavandières préfèraient les eaux naturellement
chaudes de la fontaine-lavoir du lieu dit « la Pierre Lais ».
Icône
« Au XIXème siècle, les lavandières battent le
linge à la rivière. C’est un métier dur, réservé aux femmes. Heureusement, dès 1950, un objet révolutionnaire qui rend service à tous est inventé : la machine à laver ! »
espaceur
Abreuvoir Abreuvoir
Devant vous s’écoule le Morbras, long d’environ 17 km. Il prend
naissance près de Pontcarré et rejoint la Marne à Bonneuil. Au fil des
siècles, il a accueilli de nombreuses activités humaines. Ainsi, de part
et d’autre du pont, vous rencontrez, en aval, le lavoir d’été et, en
amont, l’abreuvoir qui vous fait face pour le bétail.
Icône
« Au fil du Morbras, tu peux rencontrer de nombreux animaux : des insectes, des poissons comme le Goujon et la Perche mais aussi des oiseaux comme le Héron cendré et
le Martin pêcheur.»
espaceur
Ancien domaine de l’hermitage Ancien domaine de l’hermitage
Le domaine de l’Hermitge était une seigneurie composée d’un
château et d’une ferme dont les bâtiments formaient un vaste
quadrilatère cantonné de quatre pavillons d'angle et entouré de
fossés remplis d'eau vive. Les propriétaires successifs le remanièrent
au gré de leurs besoins depuis le XVIIème siècle. La famille Morel
d'Arleux l’acquit en 1880 et fit construire une maison de maître
dans un style régionaliste par l'architecte Meunier.
   
espaceur
Ferme de Champlain Ferme de Champlain
Venez picorer au gré de vos envies et de vos goûts pour remplir
votre cellier et agrémenter vos recettes : ce domaine agricole vous
propose tout au long de l'année de venir récolter vous-même vos
fruits et vos légumes. C'est également une belle occasion de faire
découvrir à vos enfants comment poussent les framboises, les
aubergines ou les tomates… La ferme de Champlain vous attend.
N'oubliez pas votre panier !
   
Cahvm CAHVM Cahvm Contact Comment venir Où trouver les dépliants des balades Partenaires Conseils et sécurité
Retour accueil